Dispositif Simplifié d’Emploi (D.S.E.) en Calédonie. Retour dans le passé…

Le 27 février 2017, le Congrès de la Nouvelle Calédonie a adopté la loi du pays sur le Dispositif Simplifié d’Emploi (D.S.E.). Cette loi, permet à toutes les entreprises, quels que soient leur taille, leur nombre de salariés, leur secteur d’activité, d’employer un salarié sans avoir besoin d’établir un contrat de travail, pour une durée de trois mois consécutifs ou pas ou 507 heures consécutives ou pas au cours de l’année civile. Le salaire qui ne sera mentionné nulle part pourra être versé au salarié jusqu’à deux mois après avoir commencé à travailler. Le salarié n’aura aucun document pour faire valoir ses droits avec comme seul justificatif un volet social établit par la CAFAT qui reprendra les éléments que l’employeur aura transmis. Les employeurs pensent que la flexibilité de l’emploi est un remède miracle, mais créer encore plus de précarité avec un dispositif qui instaure l’emploi « Kleenex » n’est pas acceptable.

Un employeur pourra faire travailler un salarié les trois derniers mois de l’année ainsi que les trois premiers mois de l’année suivante, soit 6 mois consécutifs, avec en plus le contournement de la loi du pays sur la protection de l’emploi local, puisque le DSE n’y est pas soumis.

Il ne manque plus qu’un chapiteau à la Baie de la Moselle sous lequel attendraient les demandeurs d’emploi que les patrons pourraient charger dans la benne de leurs pickups pour quelques heures de boulot…