Évaluation professionnelle LE GRAND MALAISE

Avez-vous le sentiment que vos efforts sont reconnus et récompensés dans votre entreprise ? Un cadre sur deux du privé n’a pas le sentiment que cela soit le cas tandis les 2/3 des cadres du public pensent que les méthodes d’évaluations sont injustes et fondées sur de mauvais critères. Mais voilà, ce sont ces mêmes cadres qui sont chargés d’évaluer leurs collaborateurs.

Pourquoi ces évaluations sont mal ressenties ?

Les critères ne tiennent pas compte de la réalité du travail accompli, parce que les objectifs deviennent souvent inatteignables et/ou contradictoires. Ce n’est pas facile d’appliquer des consignes et en même temps d’être souple avec celui qui nous donne le salaire à la fin du mois. La politique du chiffre heurte les personnels privés ou publics. On se doit d’atteindre des objectifs quantitatifs, quitte à devoir mettre de côté des missions pourtant essentielles, plus « humaines ».

Et les femmes dans tout ça ?

Pour elles c’est redoutable, participer aux réunions interminables, mener de front le travail et la vie de famille, en fin de journée sont-elles moins performantes que les hommes ?

De plus, quelles que soient leurs évaluations il n’en demeure pas moins que, globalement, elles sont moins bien payées à compétences égales.


Moins de moyens

D’un côté on demande plus aux salariés et de l’autre on retire les moyens pour y parvenir. Mes objectifs sont-ils réalisables ? Comment mon travail est-il mesuré ? Est-il équitable ou pas ?

Ces systèmes d’évaluations posent problème, il faut les remettre en cause afin qu’ils mesurent le travail accompli dans son ensemble et non juste les chiffres ou encore les critères comportementaux flous et interprétables à souhait et selon l’humeur de l’évaluateur.